mardi 12 juin 2018

Coloriage : Donjons & Dragons, paladin de Tyr

Le jeu de rôle, c'est mortel. Surtout quand il s'agit d'y affronter tout ce que les mondes fantastiques comptent de monstres et autres sbires mal intentionnés. Dès lors, guère de surprise qu'il arrive régulièrement qu'un courageux aventurier connaissent une mort aussi violente qu'inattendue aux mains de créatures diverses et vicieuses. Pas vraiment indispensable en jeu mais bienvenues pour donner vie et corps aux personnages incarnés par les joueurs, les figurines ne jouent là qu'un rôle annexe. Cependant quand un des membres de la bande fût envoyé ad patres, il a fallu lui trouver un remplaçant... et lui peindre une figurine.
Suppôts du mal, craignez mon épée !

Rien de bien spécial sur la figurine. Créé un vendredi, peint pour le vendredi d'après. Il s'agit d'une figurine Bones de chez Reaper, une qualité très correcte pour de la fig de jeu et surtout une résistance à toute épreuve.
La "p'tite victime" un guerrier nain massacré par des gnolls vindicatifs
Le reste de la bande ayant déjà fait l'objet d'un tirage de portraits, on va donc rester sur le nouveau venu. Fini les petits barbus, place aux grandes oreilles, un moindre mal tant les possibilités d'incarner un panel de créatures des plus variés dans ce bon vieux pot que reste D&D. C'est donc un paladin qui a rejoint le groupe, un guerrier saint affilié au dieu Tyr, divinité des Royaumes Oubliés.
Il ne porte pas du violet par hasard.
Pour tâcher de rester un peu cohérent avec l'univers, et après recherches, il s'avère que le clergé dudit Tyr affectionne le bleu et le violet comme couleurs dominantes.
Ca date d'AD&D 2 mais on voit clairement que le clergé de Tyr aime les mélanges.
C'est donc entre bleu et violet que se déclinent les vêtements dudit paladin, sauf pour l'armure et l'épée (oui tordue, le plastique mou a ce désavantage...) et quelques détails. Restait une autre question de taille, puisque son compère avait eu droit au même traitement en voyant son bouclier orné du symbole de son dieu (Kelemvor), il fallait également décorer la protection du paladin de son symbole divin... qui est également une balance...
La balance version Kelemvor.
La balance, version Tyr
Plusieurs versions du symbole existent, c'est sur celle-ci qu'a été copiée la peinture du bouclier. Le reste de la peinture est assez basique mais relativement efficace, c'est tout ce qui compte pour faire mumuse.
La balance... et le marteau
Il rejoint donc la petite bande... en attendant le prochain décès ?

1 commentaire:

  1. Ça fait bien le taff en effet. Et comme tu dis,crst toujours sympa d'avoir une figurine pour se faire une idée du personnage.
    Mes condoléances à la famille naine...

    RépondreSupprimer

Un petit mot ? Une réaction ? Ca se passe ici :)